Salauds d’épargnants !

La réforme de retraites, qui a mobilisé 2 millions de personnes aujourd’hui contre le relèvement de l’âge de départ à 62 ans, contient aussi un volet de taxation supplémentaire des revenus du capital. Décision bien pratique, pour faire plaisir au socialistes (quoique ils ne s’en contentent pas) en s’en prenant aux capitalistes, c’est-à-dire les méchants. Sauf que, l’élargissement de l’imposition touchera visiblement tous les revenus du capital, y compris les petits portefeuilles, comme l’explique Marie-Christine Sonkin, directrice adjointe de la rédaction du Journal des Finances.

Intéressant, après une crise caractérisée par un recours excessif à la dette, de pénaliser ceux qui épargnent. Intéressant, aussi, d’enfoncer ceux qui ont réussi à mettre de l’argent de côté… Malheureusement, le socialisme s’accommode assez bien d’une telle politique qui oblige les individus à dépendre des subsides de l’État et fournit donc des cohortes d’électeurs au candidat le plus offrant…

« Allô Maman ? Je suis rue Kuparkowska… »

Parvenez-vous à imaginer Alain Finkielkraut crier d’une voix tendre et mal assurée « Allô Maman ? », frissonnant dans le froid de la ville de Lvov, en Ukraine ? Sans doute pas. Le prêcheur de notre époque, ce grand Cassandre qui fonce tête baissée dans la mêlée pour assommer et défaire les dogmes et les interdits qui empoisonnent et tuent lentement l’esprit français, n’a pas, d’emblée, l’image du fils aimant, du mari admiratif et du père complice. Et pourtant. Lire la suite

Commémoration de l’Appel du 18 juin

Il y a 70 ans, Charles de Gaulle prononçait son appel à la résistance depuis Londres, sur les ondes de la BBC. Il refusait la défaite et appelait à continuer le combat. Le Président Sarkozy et sa femme sont en visite dans la capitale britannique pour commémorer l’événement avec le Premier ministre David Cameron.

The Times couvre les cérémonies en direct sur son site.

Dans le même journal, un article passe en revue les critiques historiques sur la place d’un tel événement.

J’essaierai, dans les jours qui viennent, de poster un article sur le gaullisme aujourd’hui. Vaste programme. Et plus tard, peut-être, un article sur les critiques dont parle cet articles du Times et sur l’état d’esprit de la France après la défaite de 1940. Là aussi, il y a du boulot.

Ce que n’est pas l’apéro interdit

Dans le milieu assez conformiste au sein duquel j’évolue, où, malgré quelques sorties qui passent, à raison, pour de l’audace, on se range rapidement derrière la ligne officielle dès que France 2 et Le Monde battent le rappel, et l’on aime à critiquer le capitalisme débridé, notamment, il y a des catholiques qui condamnent l’apéro prévu à la Goutte d’Or pour demain soir et finalement interdit par la préfecture de police. Ils reconnaissent le scandale de l’occupation de la rue Myrha mais ne sont pas bien au courant que l’avancée de l’islam politique, bien que très limité aujourd’hui, est plus forte que ce qu’ils croient. Ils s’inquiètent d’une part de la participation de l’extrême-droite, d’autre part de la participation de militants de la République laïque.

Lire la suite

La manifestation était haram

Le cassoulet. Déguster un tel plat et y prendre plaisir vous classe parmi les beaufs de droite racistes et attardés.

Sous la monarchie de Juillet, les opposants au pouvoir avaient trouvé une parade pour ne pas voir leurs réunions publiques interdites par les autorités : ils organisaient des banquets, réunions tout ce qu’il y a de plus privé (en théorie), qui devenaient le lieu de leurs revendications réformistes (notamment en faveur de l’élargissement du corps électoral) et de leur critique contre les conservateurs. Lorsque le gouvernement se mit en tête de les interdire, en février 1848, les troubles qui suivirent coûtèrent son trône au roi Louis-Philippe et aboutirent à la proclamation de la IIème République. Dans la France républicaine du XXIème siècle, ces fantômes ne sont plus qu’un mauvais souvenir, et la préfecture de police peut interdire des réunions politiques, y compris des apéros, sans que le régime ne tremble un instant.

Lire la suite

Tragedia dell’arte

Claude Gillot, Essais pour des costumes de la commedia dell'arte, début du XVIIIème siècle.

Il n’est nul besoin de refaire ici le déroulé des événements qui ont opposé la marine israélienne et des militants palestiniens à bord de la Freedom Flottilla dans les eaux orientales de la mer Méditerranée. On trouve, ailleurs, des informations complètes et qui remettent les choses en perspective. Je me contenterai de dire que j’ai pris assez rapidement le parti favorable à Israël et que les éléments révélés au fil des heures ainsi que les analyses d’experts livrées dans la presse m’ont plutôt bien conforté dans cette opinion : la violence de l’action, due visiblement à une mauvaise préparation des opérations, n’ôte rien au droit de l’État d’Israël à protéger sa souveraineté et faire respecter le blocus qu’il impose, avec l’Égypte, à la bande de Gaza.

Mon objectif ici est de découvrir, à la faveur de ces faits tragiques, de leur contexte et des réactions qu’ils ont suscitées, les schémas tout faits de la pensée conforme. Selon moi la lecture « mainstream » de ces événements tient à un schéma de pensée qui oppose le fort au faible et attribue à ces acteurs des traits de caractères, comme deux personnages de la commedia dell’arte, en moins drôle. Ces caractéristiques sont supposées inhérentes à la nature (fort/faible) de l’intéressé.

Pour illustrer ce schéma de pensée, j’ai inventé deux stéréotypes. Le fort, c’est Tsahalone, le puissant disposant de sa propre garde, de coffres bien remplis et d’un réseau d’alliances solides et efficaces dans la comédie du monde, et n’ayant qu’une seule obsession : faire perdurer son influence et son pouvoir. Le faible, c’est Frigazaiolo, le damné de la terre, innocent et spolié par Tsahalone et sa clique, sorte de prolétariat dramatique à qui l’on refuse la satisfaction de ses besoins les plus élémentaires. (1) Passons aux lois qui gouvernent la scène de cette tragedia dell’arte.

Lire la suite

Revue de presse – Israël vs. la Freedom Flotilla

N’ayant pas le temps maintenant, je rédigerai un post plus tard sur l’affrontement meurtrier qui a eu lieu à bord du navire Mavi Marmara battant pavillon turc au large des côtes d’Israël.

En attendant, voici quelques liens intéressants sur les événements et leurs conséquences :

D’autres liens suivront au gré de mes trouvailles. Bonne lecture.