The BAC-lash

La vengeance des malfrats grenoblois n'a pas le côté romantique de la lutte antitotalitaire de "V for Vendetta"

Les policiers de la Brigade Anti-Criminalité (BAC) de Grenoble ont été mis en repos forcé et ils ont dû quitter la ville avec leurs familles. Des mesures de sécurité élémentaires alors que les services de renseignement craignent des représailles mortelles contre cette brigade. Un contrat de meurtre aurait même été passé pour venger la mort du braqueur abattu la semaine dernière alors qu’il s’attaquait à un casino.

Cette vendetta grenobloise accentue la pression sur le ministère de l’Intérieur et ses services de sécurité. Visiblement, la répression anti-émeutes n’a pas suffi, et les policiers en ont assez. En témoigne le SMS qui circule aujourd’hui chez les policiers, dressant avec une triste lucidité le portrait de la situation sécuritaire française :

Comme l’État n’est pas capable d’assurer la protection de ses fonctionnaires, il organise leur fuite. Ne prenez plus de risques pour un État qui ne peut garantir la sécurité des premiers de ses défenseurs. Faites passer.

Selon le Point, qui relate les informations les plus détaillées, un lance-roquette serait également en circulation dans le quartier de la Villeneuve si bien que l’Hôtel de Police a vu sa sécurité renforcée.

Publicités

La liberté de ne pas acheter

Deux articles qui n’ont rien à voir, l’un en français, du blog Iconomie, l’autre, en anglais, du blog Hit & Run hébergé par le think-tank libéral (sens européen) Reason.

Lire la suite

Villeneuve et socialisme

En surfant à droite à gauche (à droite, surtout, je l’avoue), j’ai découvert que le quartier de la Villeneuve de Grenoble est un des exemples les plus aboutis de la « politique de ville », ce truc qui, quand il ne sert pas à financer les soutiens au pouvoir local via des associations d’action sociale bidons, consiste à créer des parcs, des tourniquets et des lieux de « détente dans une ambiance festive ».

Lire la suite

Sommes-nous en état de guerre civile ?

C’est l’armée française, dite des « Versaillais », qui a réprimé la Commune de Paris en 1871, dans un bain de sang.

Le mot sort des bouches comme une tornade. On ne l’entendait pas beaucoup jusqu’alors. La France est-elle réellement en état de guerre civile ou sur le point d’y basculer, qu’est-ce qu’une guerre civile, au juste ?

Le 19 juillet, sur l’émission On refait le monde de RTL, la patronne de Causeur.fr, Élisabeth Lévy, a décrit les récentes émeutes comme une situation de guerre et demandé qu’on envoie l’armée. Cette intervention a fait l’objet d’un article sur LePost.fr, intitulé « Élisabeth Lévy décrète la guerre civile sur RTL : tapis rouge pour les réacs dans les médias ? » Je ne vais pas m’arrêter ici sur l’idiotie crasse qui fait croire à l’auteur de ce billet, Bruno Roger-Petit, que les « réacs » (entendre ceux qui ne voient pas des causes sociales partout y compris dans les débordements les plus sordides) sont par trop courtisés dans les médias. Concentrons-nous sur la situation réelle et l’usage de l’expression « guerre (civile) ». Voici le passage incriminé sur LePost.fr, c’est Madame qui parle : Lire la suite

Du comptoir au bac à shampoing

Nouvelle qui devrait mettre du baume au coeur de Jean-Pierre Raffarin et de bon nombre de sénateurs : le Figaro diffuse une étude de l’INSEE qui montre que les petits commerces ne sont pas en voie d’extinction sous les coups de boutoirs de la grande distribution, de l’urbanisation et de l’accélération du rythme de vie.

Certes, la France de nos terroirs n’est plus la même : la vie d’un village ne se polarise plus autour des salutations du boulangers, des potins de la maraîchère et des débats du café de la mairie. Les petits commerces changent.

Lire la suite

Le maire de Montfermeil l’ouvre

Xavier Lemoine est le maire UMP-PCD de Montfermeil en Seine-Saint-Denis. Il a été réélu dans un fauteuil dès le 1er tour des élections municipales de 2008 avec plus de 60% des voix. Peut-être que son franc-parler y est pour quelquechose. Le voici s’exprimant devant Robert Ménard, sur iTélé, au début du mois.

Lire la suite

Al Doura : un sénateur tente de briser l’omerta

Une fois n’est pas coutume, la classe politique prouve qu’elle a encore du ressort. Dernière preuve en date : l’intervention du sénateur de la Haute-Garonne Jean-Pierre Plancade (RDSE).

Lire la suite