Du comptoir au bac à shampoing

Nouvelle qui devrait mettre du baume au coeur de Jean-Pierre Raffarin et de bon nombre de sénateurs : le Figaro diffuse une étude de l’INSEE qui montre que les petits commerces ne sont pas en voie d’extinction sous les coups de boutoirs de la grande distribution, de l’urbanisation et de l’accélération du rythme de vie.

Certes, la France de nos terroirs n’est plus la même : la vie d’un village ne se polarise plus autour des salutations du boulangers, des potins de la maraîchère et des débats du café de la mairie. Les petits commerces changent.

L’emblème bien français de la vie sociale, le « débit de boissons » pour reprendre le jargon inséen, est en recul constant depuis les années 1990, à un rythme de plus de 2% par an, que ce soit à la campagne ou en ville. D’autres types de commerce, sans doute moins essentiels à la vie sociale, comme les « blanchisseries-teintureries de détail » ou les magasins de réparation, sont également en recul (tendance qui est plus modérée en milieu rural).

Parmi les commerces qui explosent, on trouve les soins de beauté (plus de 7% de croissance annuelle depuis 2000, bravo Mesdames !), les agences de voyage, les services de restauration rapide (l’étude ne précise pas qui, des kebabs ou des sushis, remporte la palme), et, peut-être parce que ces derniers types de commerce se répandent… les pompes funèbres ! (*) Les salons de coiffure augmentent très modérément, mais, précise l’étude, c’est un fait remarquable dans la mesure où ils sont déjà extrêmement nombreux.

Rassurons-nous donc ! Les rapports marchands ne se limitent pas aux comptes bancaires en ligne et à la moue fatiguée de la poissonnière franchisée chez Leclerc. Les relations commerçant/client, dans un cadre « intime », existent encore et ne disparaissent pas. Elles changent de forme.

Désormais, ce n’est pas la femme du boulanger qui fait tourner l’info, mais la dame qui vous malaxe la tête avec du shampoing quand vous allez la voir. « Les enfants ? La famille ? ça va ? Il fait chaud, hein ? » La personne qu’on salue d’un clin d’oeil et avec laquelle on échange quelques mots sympathiques sur le match de foot d’hier soir, ce n’est plus (exclusivement) Jean-Pierre le patron du bar, mais Stéphanie, vendeuse chez Pomme de Pain, ou Giorgio, qui vous sert un verre de muscat rosé en attendant que la pizza soit prête (histoires vécues).

Pourquoi se réjouir de cette glorieuse résistance de la boutique face à l’apparente invasion des magasins géants où l’on peut tout acheter, en un temps relativement court, avec un caddie et une carte de fidélité ? En fait, le côté pratique des grandes surfaces et des centres commerciaux fait grincer de dents deux types de personnes : (a) ceux qui n’aiment pas la grande distrib’ comme ils n’aiment pas le grand capital ; (b) ceux qui se désolent de voir la massification, la standardisation et l’industrialisation s’étendre aux rapports humains. Les premiers sont un peu primaires (quoique les méthodes de la grande distribution… bref, passons). Les seconds s’inquiètent, à raison, de la déliquescence des rapports sociaux et de leur annihilation progressive, phénomène qui a des causes larges que l’on peut résumer comme la destruction (volontaire ou collatérale) des groupes sociaux intermédiaires et des valeurs morales qui vont avec.

L’étude de l’Insee devrait les rassurer. Vraisemblablement, les gains pratiques ne contrebalancent pas toujours la perte « sociale » et les individus s’en rendent compte. Pour extrapoler un peu, cette croissance des petits commerces montre, avec un peu d’optimisme, certes, que le citoyen lambda ne se contentera pas du confort matériel de Carrefour et des Assedic. Il lui faut plus que ça. Heureusement, me direz-vous…

LIEN : l’étude de l’INSEE, signée Bénédicte Mordier.

(*) Bon, en fait, le marché des chrysanthèmes et des plaques de granit a été ouvert à la concurrence en 1993.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s