The BAC-lash

La vengeance des malfrats grenoblois n'a pas le côté romantique de la lutte antitotalitaire de "V for Vendetta"

Les policiers de la Brigade Anti-Criminalité (BAC) de Grenoble ont été mis en repos forcé et ils ont dû quitter la ville avec leurs familles. Des mesures de sécurité élémentaires alors que les services de renseignement craignent des représailles mortelles contre cette brigade. Un contrat de meurtre aurait même été passé pour venger la mort du braqueur abattu la semaine dernière alors qu’il s’attaquait à un casino.

Cette vendetta grenobloise accentue la pression sur le ministère de l’Intérieur et ses services de sécurité. Visiblement, la répression anti-émeutes n’a pas suffi, et les policiers en ont assez. En témoigne le SMS qui circule aujourd’hui chez les policiers, dressant avec une triste lucidité le portrait de la situation sécuritaire française :

Comme l’État n’est pas capable d’assurer la protection de ses fonctionnaires, il organise leur fuite. Ne prenez plus de risques pour un État qui ne peut garantir la sécurité des premiers de ses défenseurs. Faites passer.

Selon le Point, qui relate les informations les plus détaillées, un lance-roquette serait également en circulation dans le quartier de la Villeneuve si bien que l’Hôtel de Police a vu sa sécurité renforcée.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s