Retour

Malgré Internet, une longue absence équivaut souvent à un long détachement. Surtout quand le débit dans le pays de destination est plus lent que celui que nous connaissions à l’époque de feux nos modems qui entonnaient une chansonnette toute particulière quand ils se connectaient.

Donc j’ai eu le droit, dans l’avion qui me menait d’Amsterdam à Paris, de me remettre rapidement au fait de notre actualité en lisant Le Figaro et Les Échos. De retour chez moi, le surfing a complété les choses.

Lire la suite

Un après-midi chez Muray

Je suis retombé, par hasard, sur cette petite ébauche d’un article que je comptais publier après avoir vu Lucchini lisant Philippe Muray au théâtre de l’Atelier, place Charles Dullin à Paris.

Petite appréhension avant d’aller écouter Fabrice Lucchini lisant des textes de Philippe Muray. Un type qui lit sur scène, à l’heure de la digestion, voilà un pari risqué. D’autant que je ne connais rien de l’auteur, sauf que certains disent de lui qu’il est « un des plus grands » des dernières décennies et qu’on lui voue quasiment un culte dans la maison d’Elisabeth Lévy.

Mais qu’importe. Un dimanche après-midi pluvieux se serait de toute façon soldé par une sieste, prolongée par une longue et végétative contemplation de YouTube. Et puis… Il y a Lucchini, dont le jeu constipé ou exubérant selon les cas a toujours pimenté les films où je l’ai vu. Et enfin, il y a ma mère, instigatrice de cette sortie familiale au théâtre, qui a forcé mon père et mon frère à venir à Paris et dont l’enthousiasme ne souffrait aucune réserve. Mon frère… Ado bientôt majeur dont j’attends de voir ce qu’il dira des critiques les plus acerbes portées contre la société festive qu’il semble tant aimer.

Lire la suite

Que valent trois jours fériés chrétiens ?

L’autre jour, le député Hervé Mariton, heureusement réélu dans la Drôme, a posté sur Facebook un article d’Europe 1 dans lequel on peut lire que l’Association nationale des DRH propose une modification des règles concernant les jours fériés (et donc chômés).

Trois jours actuellement sans travail perdraient leur date fixe et seraient utilisables au gré des salariés suivant leur envie. Ceci, explique l’ANDRH, pour s’adapter à la diversité de notre société. Les juifs et les musulmans pourraient ainsi être mieux traités par notre calendrier : qui pourrait s’absenter pour le jeûne de Kippour, qui pour soulager un peu les efforts consentis pendant le mois du Ramadan ou que sais-je… Le député n’avait pas manqué de s’en inquiéter, se disant entièrement opposé à cette idée.

Lire la suite