Style présidentiel

Chaque candidat à la Présidence de la République fait naître, avec son entrée en campagne, moult discussions sur sa « stature d’homme d’État. » Une fois la bataille terminée, l’heureux élu voit ses faits et gestes scrutés par les chroniqueurs, les journalistes et les mauvaises langues pour déterminer son « style présidentiel. »

En son temps, Nicolas Sarkozy avait vu sa stature remise en cause par les chiraco-gaullistes comme le fils de Michel Debré et après l’élection de 2007, toute l’opposition, et même ses amis, avaient raillé son style présidentiel bling-bling. Il est peu étonnant que François Hollande ait subi et subisse encore le même sort et que son comportement, précisément planifié et minuté par ses conseillers, soit l’objet de commentaires plus ou moins flatteurs.

Nombre de ces commentaires ne révèlent qu’un goût faiblement esthétique et l’inculture politique de leurs auteurs, d’autres montrent, par réfraction, une certaine conception du Pouvoir ; parmi ces derniers se trouve la vision que Marin de Viry propose dans « La normalitude », article publié dans la Revue des Deux Mondes de cet été.

Lire la suite

Publicités

Pourquoi le travail ne se partage pas

Fréquenter à longueur de temps la cathosphère tendance « principes non négociables » et « libéralisme bien compris » fait oublier que notre Église est le lieu d’une assez grande diversité d’opinions politiques et que les chrétiens de gauche, assez minoritaires, je crois, dans l’électorat pratiquant, n’en sont pas moins un groupe de pensée dynamique, dont on trouve des traces dans la ligne éditoriale de La Croix ou de La Vie. Au gré d’une de mes pérégrinations twitterines, il y a quelques jours, je me suis retrouvé attablé chez certains de nos frères et sœurs en Christ dont le cœur penche à gauche et, ouvrant le menu, j’ai pu découvrir l’un de leurs derniers articles, de Patrick Pique, portant sur le partage du travail.

La thèse principale de cet article est que la vision « libérale » du travail est surannée, qu’elle s’agrippe à des conceptions qui valaient peut-être à la fin du XIXème siècle mais que les grandes mutations de l’économie dans les décennies récentes ont rendue caduque. Aussi partager le travail, cette hérésie dénoncée par la droite, est une idée qui devrait être reconsidérée à l’aune de ces changements : les gains de productivité permettent aux hommes de profiter d’une plus grande aisance matérielle tout en travaillant moins, en somme, de vivre mieux. Cette analyse semble gagner en pertinence car tandis que nous devenions plus productifs, notre société se divisait progressivement entre travailleurs dont certains devenaient de véritables work addicts et chômeurs laissés sur le bord de la route.

Malheureusement cette lecture, qui s’exonère (trop) rapidement des exigences de l’analyse économique du travail, est erronée sur de nombreux points.

Lire la suite

Return to WordPress End

Suite au hacking surprenant de mon site hohenfels.fr et du fait de mon incapacité à y remédier j’ai résilié mon abonnement et me suis rabattu sur la vieille adresse hébergée par WordPress (après un court passage chez Tumblr, juste pour voir) pour continuer mes élucubrations.

C’est là l’occasion, aussi, d’un retour à une certaine sobriété avec ce thème, MistyLook, qui a déjà connu un certain succès grâce à son allure simple et claire.