En passant

David Petraeus — Mariage — François Hollande — Parti républicain — Latin

L’éviction de David Petraeus, ce général au nom d’unité de Battlestar Galactica, de la tête de la CIA promet d’être un sympathique roman feuilleton. Selon The Economist, cet événement est « no big deal «  car tous les dossiers sur lesquels Petraeus était essentiel sont aujourd’hui clos ou sur le point de l’être. A en croire le début du livre de Justin Vaïsse sur La politique étrangère de Barack Obama, ce départ est tout de même bien pratique pour le président réélu qui ne s’est jamais très bien entendu avec le héros de la contre-insurrection irakienne.

Les grandes manœuvres continuent sur le front du mariage. De grosses manifestations sont programmées pour ce week-end. Sur Twitter, on alterne entre les histoires les plus sordides que l’on puisse trouver sur les couples « homoparentaux » (comme celle-ci, pompée par 24heuresactu sur le Daily Mail, mais qui date de 2011. Attention, rien de violent mais on atteint des sommets de bizarrerie malsaine) et l’on multiplie les allusions ou déclarations très lourdes sur l’extrémisme, l’homophobie et le fascisme supposés des opposants au « mariage pour tous » (quoique ce dernier type d’argument ne soit plus tout jeune). Les protagonistes perdent patience et le refus des socialistes d’élargir un peu le débat mené par le Parlement n’arrangera rien. Pourtant l’opinion semble s’être retournée sur la question de l’adoption : bonne nouvelle.

François Hollande va nous expliquer dans deux heures que le retournement complet de sa politique économique, en particulier le volte-face saisissant sur l’augmentation de la TVA, est pleinement en ligne avec ses engagements de campagne, la fonction présidentielle et les débuts du quinquennat. Cette présidence s’affaisse comme un flan trop liquide.

Outre-Atlantique, la défaite de Romney et le maintien de la Floride dans le camp démocrate après 2008 va imposer un sérieux travail de réflexion aux leaders du Parti républicain. J’ai l’impression que le problème posé est un peu comme chez nous : une frange dure que l’on courtise trop fait fuir le centre, et un centre que l’on dorlote trop fait perdre des voix sur l’aile droite. Peut-être que je m’étendrai davantage sur le sujet plus tard…

Benedictus P.P. XVI Pontificiam Academiam Latinitatis hodie condidit et litteram apostolicam de hoc scripsit.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s