Porcellum

gros-cochon

Dans le FT d’aujourd’hui, un éditorialiste pointe du doigt l’impossible système électoral italien, le porcellum, qui a empêché le pays de se réformer et le rend, à l’occasion ingouvernable. C’est, dit ce chroniqueur dont j’ai oublié le nom, un héritage des années d’après-guerre. Pour éviter le retour d’un Duce, on a disséminé le pouvoir au sein d’une myriade de corps constitués, professionnels, politiques et sociaux. Cruel dilemme que celui d’une démocratie qui doit parfois choisir entre un gouvernement efficace mais risquant de sombrer dans l’autoritarisme et un gouvernement inoffensif au point d’être complètement incapable.

Nous assistons à une illustration déplaisante du rôle de l’homme fort, du leader charismatique dans le jeu électoral. Bouder ou négliger l’importance d’une forte personnalité pour diriger en démocratie peut mener à l’impasse : Bersani le Sobre, Monti l’Austère, deux candidats au fond très raisonnables, très sérieux et sans doute bons pour l’Italie en paient depuis lundi les conséquences. Le premier pourra peut-être gouverner, mais difficilement, avec des alliés turbulents et tapageurs. Il devrait bien s’entendre avec Hollande… Mario Monti, qui avait ma préférence, peut sans doute ranger son maroquin de presidente et décrocher du placard sa toge de professore.

Ce sont deux chefs, deux leaders qui ont défié les vents des variables lourdes et des certitudes sondagières pour se faire une place, la leur, dans le paysage électoral. Silvio Berlusconi, fraîchement démomifié, a permis au Popolo della Libertà d’éviter une humiliation malgré de sévères pertes en nombres de suffrages par rapport aux élections de 2008. Et le fameux Grillo, chef du Mouvement 5 Etoiles, a fait de son parti le premier d’entre toutes les organisations politiques transalpines. Etaient-ils un seul instant crédibles ? L’un est durablement discrédité. L’autre peut se barder de toutes les bonnes intentions du monde mais ne sait pas gouverner un pays, pas plus que ses disciples qui vont entrer au Parlement. Et pourtant, ils ont du bagou, de la gouaille… hanno i coglioni. Et ça plaît. Pas seulement en Italie.

Le calme, la rondeur, la sobriété et le côté techno peuvent rassurer, préserver l’électorat de tentation plus remuantes. Jusqu’au jour où les politiciens raisonnables et ennuyeux sont balayés par des amuseurs publics mieux à même de réunir les électeurs autour d’eux.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s