L’art de noyer le poisson

D’accord, la tribune des catholiques homosexuels publiée le 15 août par La Croix est rédigée dans un style un brin… grandiloquent et effectue quelques raccourcis un peu brouillons.

Il n’empêche qu’elle pose une question que l’année qui vient de s’écouler n’a rendue que plus vivace : la pastorale de l’Eglise quant à l’homosexualité est-elle aussi juste et charitable que se l’imaginent certains catholiques ? Et de ce point de vue, les catholiques homosexuels n’ont-ils pas des choses intéressantes à dire à leurs frères et sœurs ?

La riposte ne s’est pas faite attendre, et il s’est vite trouvé un Ariño anonyme pour contrer cette offensive intolérable du lobby gay contre notre Sainte Mère – lobby dont la puissance est apparue aux yeux de tous, puisque la tribune a même été diffusée sur News.va !

Et il est bien question d’une riposte et non d’une réponse, malgré la protestation de « sympathie » (au demeurant toute relative) qui conclut cet article.

Passons sur l’énième session d’antibarjotage qui ouvre le propos. Elle n’est pas très intéressante et complètement hors sujet.

Le premier problème est que l’on a affaire à un rappel à l’ordre assez abrupt qui refuse que l’enseignement ou la pratique de l’Eglise soient discutés publiquement. D’abord parce que cela reviendrait à mettre en cause la légitimité même de l’Eglise (comme si les chrétiens n’avaient jamais eu des idées différentes tout en restant unis), ensuite parce que les médias se jetteraient sur l’occasion tels des charognards… Doit-on avoir peur du monde au point d’enfermer les débats dans les presbytères ?

Le second problème est que la tentative de réponse sur le fond est complètement à côté de la plaque. Car le problème soulevé par la tribune du 15 août, ce n’est pas l’accueil, ni la souffrance des homosexuels : seul un ingrat ou un aveugle pourrait accuser l’Eglise d’être restée figée telle une marâtre sur ces questions. Les maladresses orales commises par certains sont amplement compensées par des signaux très forts envoyés par le clergé, notamment nos évêques et, récemment, le Pape.

Mais est-on allé au bout de la question ? Non. En tout cas pas de l’avis des rédacteurs de cette tribune. Sauf erreur de ma part, sont en cause, de façon implicite et pourtant très claire, quelques articles du Catéchisme qui rendent impossible la vie affective des personnes homosexuelles en ne leur donnant qu’une seule route à suivre dans le chemin vers la sainteté : le célibat. C’est cette option unique qui cause (parfois) une souffrance et suscite de telles pétitions.

Donc au lieu de noyer le poisson en s’égarant dans des précisions sémantiques justifiées mais accessoires, ou en renvoyant encore et toujours à la solution Accueil-Ascèse « dans le respect des personnes », ou en hurlant face aux progrès de tel ou tel lobby, il vaudrait mieux regarder en face les implications de l’enseignement de l’Eglise pour certaines personnes dans la mesure où elles posent clairement un problème insoluble à certains.

Je suis une quiche en théologie, mais on m’a souvent dit que le Sabbat est fait pour l’Homme, et non l’inverse. J’imagine qu’il peut en être de même pour les enseignements moraux du Catéchisme, et que ceux-ci ne doivent pas se limiter à des conceptions abstraites mais tenir compte des réalités sensibles…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s