(Liens) Human engineering

J’arrive toujours un peu à la bourre sur un tas de sujets et comme rien ne justifie qu’on mette fin à une si belle tradition, rebelote aujourd’hui.

Le sujet du jour, c’est l’incroyable génie de scientifiques, médecins ou philosophes déterminés à mettre toute leur science au service des hommes. Il faut croire que l’on progresse malgré l’immobilisme de sociétés traditionnelles empêtrées dans  leurs états d’âme vieux jeu, souvent entretenus par quelque coterie de religieux à mitre ou à turban.

On apprend donc sur le blog « Passeur de Sciences » de Pierre Barthélémy hébergé par lemonde.fr que trois philosophes ont publié un papier en début d’année dans lequel ils explorent sérieusement les voies d’une modification génétique et hormonale des êtres humains afin de lutter contre le réchauffement climatique. Ce merveilleux remix de l’armée clone starwarsienne arrêterait de manger de la viande, serait de petite taille et altruiste. Exeunt les vaches, les basketteurs et la morale.

Chez Corto, la nouveauté n’en est pas vraiment une : il ne s’agirait que d’un prolongement de l’avortement mais après la naissance, ex utero. Théophane Le Méné, chez Causeur, en avait parlé en mars dernier. Les deux chercheurs en bioéthique auteurs de ce second papier n’y vont pas par quatre chemins : si le gamin présente « un risque pour le bien-être de sa famille », couic ! (Notez l’effroyable article possessif, sa famille.) Exeunt les tristes femmes paumées au congélateur, au train où vont les choses, ça sera couvert par la CMU et l’AME avec (qui sait ?) une prime « réduction carbone » pour les émissions polluantes évitées.

Un monde radieux.