Les catholiques, la droite et la gauche

ND du travail

Notre-Dame du Travail, Paris XIVe.

Depuis plusieurs semaines, voire plusieurs mois, la blogosphère catholique égrène ses bilans sur le mouvement de la Manif pour Tous contre le mariage pour tous.

Un fiasco si l’on s’en tient à l’objectif formel qui était le retrait du texte et si l’on considère les embardées ridicules (et humiliantes) des parties les plus radicales du mouvement d’opposition. Les optimistes corrigeront, à raison, en disant que la légalisation des PMA/GPA a tout de même été reportée sine die. Les romantiques se rappelleront, eux, les incroyables frissons procurés par les gigantesques manifs bleu-blanc-rose.

Sur le fond, on a bien vu que l’Église catholique, bien que volontairement en retrait par rapport au mouvement lui-même, a, en sous-main, largement suscité l’opposition à la loi Taubira, dès le 15 août 2012 avec la prière de Mgr Vingt-Trois. Les cloches de Saint-François-Xavier saluant les manifestants sur leur passage rappelaient clairement où se positionnait la hiérarchie ecclésiale dans toute cette histoire. Et ceux qui, comme moi, ont battu le pavé ont tous croisé de nombreux curés, les uns en K-way, les autres en soutane…

Lire la suite

Publicités

L’art de noyer le poisson

D’accord, la tribune des catholiques homosexuels publiée le 15 août par La Croix est rédigée dans un style un brin… grandiloquent et effectue quelques raccourcis un peu brouillons.

Il n’empêche qu’elle pose une question que l’année qui vient de s’écouler n’a rendue que plus vivace : la pastorale de l’Eglise quant à l’homosexualité est-elle aussi juste et charitable que se l’imaginent certains catholiques ? Et de ce point de vue, les catholiques homosexuels n’ont-ils pas des choses intéressantes à dire à leurs frères et sœurs ?

Lire la suite

La querelle catholico-libérale

Article publié sur Antidoxe.

Christ Pantocrator

En ce lundi de Pâques, la délicieuse lecture d’un billet intitulé « Si l’AFP existait en 33… » sur Le temps d’y penser m’a emmené plus loin dans les articles rédigés par son auteur, Incarnare : je suis donc tombé sur un texte posté en novembre dernier, « Pour un libéralisme bien compris », lequel répondait à deux autres billets respectivement de Charles Vaugirard et de Patrice de Plunkett.

Incarnare répond, avec un agacement apparent, aux deux autres blogueurs catholiques, qui se sont, selon lui, fait « une respectabilité à peu de frais » en dénonçant le libéralisme économique, tendance qui est on ne peut plus conventionnelle dans le débat politique national… depuis belle lurette.

Puisque ce jour est férié et que j’ai un peu de temps, j’ai pensé que je pourrais bien mettre mon grain de sel dans cet échange, quitte à arriver plusieurs mois après la bataille. Je laisserai de côté le billet de Plunkett, qui ne consiste en fait que dans la relation de propos tenus par Jean Arthuis et qui servent de prétexte au blogueur pour se payer les « idéologues libéraux ».

S’il est difficile de démêler l’écheveau des critiques antilibérales formulées par certains catholiques, d’autant plus qu’il est bien souvent gâté par quelques clichés sommaires ou des déclarations à l’emporte-pièce, je vais essayer ici d’y remettre de l’ordre et d’y répondre au mieux.

Lire la suite

Ce que n’est pas l’apéro interdit

Dans le milieu assez conformiste au sein duquel j’évolue, où, malgré quelques sorties qui passent, à raison, pour de l’audace, on se range rapidement derrière la ligne officielle dès que France 2 et Le Monde battent le rappel, et l’on aime à critiquer le capitalisme débridé, notamment, il y a des catholiques qui condamnent l’apéro prévu à la Goutte d’Or pour demain soir et finalement interdit par la préfecture de police. Ils reconnaissent le scandale de l’occupation de la rue Myrha mais ne sont pas bien au courant que l’avancée de l’islam politique, bien que très limité aujourd’hui, est plus forte que ce qu’ils croient. Ils s’inquiètent d’une part de la participation de l’extrême-droite, d’autre part de la participation de militants de la République laïque.

Lire la suite