Je ne suis pas un fervent copéiste mais…

Dans la course à la présidence de l’UMP, je suis bien content de ne pas avoir le droit de vote car je ne saurais choisir entre François Fillon et Jean-François Copé… Enfin j’ai une petite idée derrière la tête mais elle n’est que très évasive et clairement, l’idée de devoir choisir m’énerverait plus qu’autre chose.

Aujourd’hui, Copé a dit vouloir susciter, en tant que président du parti, une « révolution civique ». Aïe, aïe, aïe… me suis-je dit en voyant ce titre dans les flashes du Figaro.fr. Une révolution ? Quelle idée ! Cela me fait penser à cette campagne grotesque des Jeunes Pop’ dont le slogan était « Nous sommes révolutionnaires ». Non, justement pas.

Mais les mots sont les mots, et comme Copé avait promis d’arrêter la langue de bois, il est bien obligé d’en rajouter une couche pour rendre ses propos un peu percutants quand bien même ils resteraient à des altitudes stratosphériques dans les cieux de l’abstraction.

Lire la suite

Publicités

Du comptoir au bac à shampoing

Nouvelle qui devrait mettre du baume au coeur de Jean-Pierre Raffarin et de bon nombre de sénateurs : le Figaro diffuse une étude de l’INSEE qui montre que les petits commerces ne sont pas en voie d’extinction sous les coups de boutoirs de la grande distribution, de l’urbanisation et de l’accélération du rythme de vie.

Certes, la France de nos terroirs n’est plus la même : la vie d’un village ne se polarise plus autour des salutations du boulangers, des potins de la maraîchère et des débats du café de la mairie. Les petits commerces changent.

Lire la suite