Les idées politiques de l’électorat

Quelle est l'opinion politique de M. et Mme Michu ?

Quelle est l’opinion politique de M. et Mme Michu ?

Le 15 janvier, le baromètre de confiance politique du CEVIPOF a été publié et a, sans nul doute, suscité un plaisir non dissimulé chez ceux qui se sentent globalement de droite.

Cette étude explore l’opinion des électeurs français sur une variété de sujets portant principalement sur la politique, la confiance et les relations sociales. Les chiffres sur la « cohésion » de la société française sont régulièrement mauvais depuis la création de l’étude en 2009. Ces statistiques, ainsi que de nombreuses autres, inspirent une bonne partie de l’analyse de Yann Algan et de Pierre Cahuc sur ce qu’ils appellent la « société de défiance ».

Je m’en tiendrai ici aux idées politiques révélées par la dernière vague de l’étude (décembre 2012) et qui témoignent d’une forte poussée des idées dites « de droite » chez les sondés.

Cette tendance est récente et se constate principalement entre 2011 et 2012, période où, pourtant, les Français élisaient un président socialiste et une majorité parlementaire rose-vert-rouge. Mais cette contradiction apparente n’en est pas une.

Lire la suite

Publicités

Un sur 340 000, 800 000 ou 1 300 000

14829_559414047422080_1321019935_nFrigorifié et fatigué. C’est ainsi que j’ai fini la journée du dimanche 13 janvier, première fois pour un novice de la manifestation. Mais c’était une bonne journée. Pas de dérapage visible, des slogans amusants et une ambiance excellente. Il était clair que beaucoup étaient venus pour s’opposer d’abord à l’idée qu’un enfant puisse avoir deux pères ou deux mères.

Les animations prévues sur le Champ de Mars étaient d’une qualité… inégale. J’ai particulièrement apprécié le Gangnam Style improvisé pour réchauffer la foule (bien que le présentateur n’ait pas réussi à le prononcer une fois correctement… « gangang style » — sic). En revanche, les clowns chargés du comptage ne m’ont pas franchement enchanté… Parmi les meilleures interventions, celle de Benoît Talleu (Les Adoptés) et celle de Jean-Pier Delaume-Myard. Deux discours pénibles et inutiles ont été prononcés par Philippe Ariño et Xavier Bongibault.

En rentrant chez moi, mon news feed Facebook était inondé de remarques sur la manifestation : quelques photos, quelques « j’y étais » mais, surtout, une avalanche de commentaires ironiques, hostiles et caricaturaux. « Manifestation de haine », « rétrogrades », j’ai compris que quand on noue des amitiés rue Saint-Guillaume notamment, il faut savoir être confronté à une critique dure, tenace, et souvent facile.

Heureusement, la mobilisation massive a mis du baume au cœur des opposants au projet de loi. Le nombre des manifestants était impressionnant et je fais partie de ceux qui restent franchement circonspects face aux chiffres avancés par la préfecture de police.

Quoi qu’il en soit, il semble que l’opposition au projet de loi se soit imposée dans le débat public : la droite parlementaire ne rechigne plus à s’opposer au projet avec une certaine force, quand bien même l’appel au référendum formulé par Henri Guaino hier à l’Assemblée nationale risque s’achopper sur l’article 11 de la Constitution. Lundi soir, l’émission Mots Croisés a, pour la première fois depuis longtemps, permis d’approcher sérieusement le fond du débat et de dégager le véritable clivage entre les supporters du projet et les opposants : la différence des sexes a-t-elle de la pertinence ?

Être Philinte plutôt qu’Alceste

Pour 2013, Henry Le Barde souhaite être « conservateur au possible. » Or comment être conservateur quand la société –et nous-mêmes– sommes en permanence tiraillés entre le Parti du Progrès et le Camp de la Réaction ? Et quitte à ne choisir aucun de ces deux partis, comme ne pas réinventer l’eau tiède en permanence ?

Chacune de ces cliques œuvre à « changer le monde » vers un destin meilleur : vers les rives rassurantes d’un passé trop vite oublié ou vers les lendemains qui chantent de l’émancipation perpétuelle. Le conservateur n’est ni indifférent, ni résigné, mais il conteste une chose majeure à ces deux camps : il refuse l’idée que les hommes puissent « corriger le monde » de l’intégralité de ses vices ou de ses travers.

Lire la suite

Mener les hommes dans une société démocratique

rsz_1rsz_1francois-hollande-voeux

Dans The Conservative Foundations of the Liberal Order, Daniel J. Mahoney, un universitaire américain pétri de Tocqueville, Aron et Manent, grand admirateur de Churchill et De Gaulle, passe en revue les principaux enjeux du libéralisme conservateur.

La deuxième partie de l’ouvrage (pour l’instant la plus intéressante), s’attaque au sujet du leadership en démocratie. Impossible de ne pas y penser en regardant, lundi soir, les vœux du Président.

François Hollande a abordé la présidence en claironnant à qui voulait l’entendre qu’il serait un président normal. Expression qui avait déjà fait jaser pendant la campagne et qui aujourd’hui se retourne contre son auteur.

Lire la suite