Les droites ou la droite ?

cope-fillon-borloo_scalewidth_630

Ironie des circonstances : il a fallu que ce soit au moment où la droite cherche désespérément une issue à la désastreuse désunion entre Fillon et Copé que l’Union des démocrates et indépendants menée par Jean-Louis Borloo organise son meeting d’accueil des nouveaux adhérents. Samedi 24 novembre, en début d’après-midi, à la salle de la Mutualité.

Il a aussi fallu qu’un ami, ancien UMP libéral devenu centriste de gauche, m’y emmène. J’y suis donc allé, préparant à l’avance moult piques sarcastiques contre la mollesse centriste pour dissimuler mon désarroi et la fâcheuse impression qui me taraudait que je participais autant au baptême de l’UDI qu’aux funérailles de l’UMP.

Lire la suite

Publicités

Le pessimUMP : analyse économique de la guerre des chefs de la droite républicaine

Le tragique vaudeville que nous servent depuis dimanche MM. Copé et Fillon, avec leurs sbires, hommes de main et porte-flingues, relève évidemment de ce que les économistes qui aiment les mots pourraient appeler un pessimum, voire, pour allier le calembour à la blague geek, un pessimUMP.

L’analyse économique nous offre en effet un outil bien commode pour comprendre, dans les grandes lignes, l’enfermement de la droite républicaine dans un cycle de guerre fratricide au détriment d’un intérêt commun. Cet outil a été théorisé par le mathématicien John Nash et s’inscrit dans le domaine passionnant de la théorie des jeux.

Lire la suite

Liberté de conscience : un principe d’équilibre et un sujet révélateur

[Les termes du débat ont un peu changé. Cf. ÉDIT 1 au pied de ce billet.]

Tactiquement, la concession faite par François Hollande hier aux maires ne souhaitant pas célébrer de mariages homosexuels est un sympathique pavé dans la mare qui donne l’avantage aux opposants au projet de loi sur « le mariage pour tous ».

C’est la deuxième bonne nouvelle en quelques jours, après le succès de la « Manif pour tous » de samedi, reconnu par les médias malgré les incidents entre les activistes de Femen et des gros bras d’extrême-droite le lendemain. Rien ne permet de penser aujourd’hui que le projet de loi sera tenu en échec, car le groupe socialiste à l’Assemblée semble tenir la ligne dure sur le sujet, mais au moins les difficultés du débat ne seront pas épargnées à ceux qui pensent que ce changement social majeur n’est qu’une actualisation du principe d’égalité dans notre droit civil.

Pour autant, il faut savoir se méfier de ce qui, aujourd’hui, nous fait frémir d’enthousiasme.

Lire la suite

La droite et la manifestation

Sur cette photo prise lors d’une manifestation contre la réforme des retraites le 19 octobre 2010, de gauche à droite, vous pouvez voir : le Premier ministre de la République française, la présidente de la région Poitou-Charente et ancienne candidate à l’élection présidentielle, le premier secrétaire du parti majoritaire, une ancienne ministre et ancienne première secrétaire du parti majoritaire, une adjointe au maire de Paris et candidate aux municipales de 2014, le ministre délégué chargé de l’économie sociale et solidaire, un sénateur de Paris et porte-parole du parti majoritaire, et le président de l’Assemblée nationale également député de Seine-Saint-Denis et ancien président de ce département. Le Premier ministre et le président de l’Assemblée sont, respectivement, 2ème et 4ème dans l’ordre de préséance de la République.

Lire la suite